Orgue en Algérie .


 

Mes sources :

-

Sites consacrés à des orgues polyphones

- Orgue Debierre de Mésanger

Orgue Debierre de l'église Dte Croix (72 - Parthenay)

Les orgues d'Ile et Vilaine

Les orgues Gloton

Biographie sur Debierre .:

 

-

La manufacture BEUCHET DEBIERRE.

      

 

LOUIS DEBIERRE

Louis DEBIERRE est né à Nantes le 18 juillet 1842 où son père était établi comme menuisier-ébeniste. Formé à la menuiserie, il rejoint Paris en 1859 et trouve du travail chez M. Thiébault, facteur d'orgues, puis il est embauché à la manufacture d'Harmoniums Debain ( Place Lafayette à Paris) .

De retour à Nantes il a l'occasion de construire son premier orgue et après son mariage en 1868 avec Marie Anne Dupas, il s'installe Chaussée de la Madeleine à Nantes. Les commandes arrivant et l'atelier trop petit, il fait construire la Manufacture, un atelier spécialement conçu pour monter des orgues d'importance.

Il se lance dans la réalisation d'orgues portatifs. Un prototype de 4 jeux 1/2 voit le jour en 1871. Il dépose en 1882 un brevet pour l'invention des tuyaux d'orgues à notes multiples : il fait produire à un seul tuyau plusieurs notes alternativement et obtient ainsi les mêmes effets de sonorité qu'avec le systéme d'un tuyau par note. Baptisé "orgue portatif à tuyaux polyphones", ce type d'instruments est expédié dans le monde entier.

Debierre s'intéresse aussi à des systèmes remplaçant la transmission mécanique et dépose un brevet concernant "le remplacement de tous les organes mécaniques par des tubes ou des fils conducteurs de l'air comprimé ou de l'électricité."

En 1914, l'activité se ralentissant, il cherche un successeur et céde en 1919 sa manufacture à Georges GLOTON, apprenti facteurs d'orgues chez Ghys à Dijon. Louis Debierre s'éteint en 1920 à l'age de 78 ans après avoir construit près de 600 instruments tant qu'en France qu'à l'étranger.

La production de Louis Debierre s'inscrit dans l'évolution des gouts de l'école symphonique française. A  partir de 1891 s'amorce une nouvelle orientation  et annonce l'orgue dit "néo-classique". Parmi ses plus belles réalisations il faut citer le grand orgue de l'église Saint Louis Notre-Dame de Bon-Port de Nantes (1891) .

 

Georges GLOTON - LE MINTIER -

La manufacture de Georges Gloton est transmise en 1947 à ses petits-fils et arriéres petits-fils, tous deux répondant au prénom et nom de Joseph BEUCHET.

 

BEUCHET-DEBIERRE

 

 

 

Les orgues polyphones.

 

 

 

Cliquez Cliquez