Orgue en Algérie .


L'orgue Mutin
Notre Dame d'Afrique
La console
Les claviers
La console
Le pédalier
Alger et NDA.
Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

Alger : orgue MUTIN de Notre Dame d'Afrique . (27/04/2007)

L'orgue de Notre Dame d'Afrique était à l'origine un orgue de salon appartenant à monsieur Weddell, riche anglais demeurant à Alger, au 47 du boulevard du Télemny, aujourd'hui boulevard Krim Belkacem . Mélomane, il voulait mettre la musique à l'honneur dans sa résidence. Il fit édifier au centre de sa maison un grand salon capable de contenir un orgue d'appartement. Conseillé par Camille Saint-Saëns qui habitait Sidi Ferruch à cette époque et qui était lui-même organiste, il commanda un instrument au facteur d'orgue Charles Mutin , élève d'Aristide Cavaillé-Coll.

( Photo 3D extraite du site "Images en relief, Voyage en Algérie 1910- 1912 " .

L'instrument comptait 26 jeux. Pour le faire tenir à l'intérieur du salon, Charles Mutin réalisa un orgue très resserré , très complexe, et donc difficile à entretenir et à restaurer. Parmi les jeux possibles, Weddell choisit ceux qui permettaient d'imiter la sonorité des instruments moyen-orientaux. Il fit décorer le buffet dans ce même style mauresque par un peintre local dont nous ne connaissons pas le nom. L'inauguration de l'instrument eut lieu le 31 décembre 1911. En 1930, après la mort de son mari, Madame Weddell fit don de l'instrument à Notre Dame d'Afrique. Pour pouvoir le recevoir, on construisit la tribune du fond de la Basilique. Il fut inauguré en 1930. L'instrument ne fut pas remonté correctement et fonctionnait tant bien que mal . On trouve sur cet instrument la mention des interventions suivantes mais elles ne sont probablement pas les seules :

  • septembre 1984 / Alain Sals : Remise à neuf des soufflets de la machine Barker ,
  • avril 1990 / Gaston Kern : travaux ,
  • 1993 / Franco Faia de Dogliani (Cuneo – Italie) : travaux ,
  • 2002 / Sals : restauration (inauguration bénédiction le 31 mai 2002) .

L'instrument a été restauré par Alain Sals en 2002 et il est à ce jour en parfait état et de nombreux concerts sont organisés.

Les procédés sonores et harmoniques des 1380 tuyaux restent de leur époque (fin du XIX ème). Deux des claviers (Positif et Récit) sont expressifs . Comme cet orgue fut de salon à l'origine, il a été construit pour ne pas dépasser une certaine hauteur. Les plans sonores sont donc tous sur le même niveau, la mécanique montée le plus bas possible. La mécanique du clavier de Grand Orgue est assistée par une machine Barker . Une double registration par registres tournants, procédé particulier à Mutin, permet de combiner tous les jeux de l'orgue. Les sommiers sont en chêne, les soufflets en sapin et en pin, ainsi que les tuyaux de bois. Les tuyaux de métal sont en « spotted », alliage d'étain et de plomb. Les abrégés de la transmission mécanique sont à rouleaux de métal, montés sur charpente de bois. L'ensemble est soutenu par une charpente de bois et contenu dans un très beau buffet en sapin décoré, peint de motifs mauresques très bien exécutés.

Grand orgue

56 notes

Positif expressif

56 notes

Récit expressif

56 notes

Pédale

30 notes

Bourdon 16 - Flûte harmonique 8 - Montre 8 - Prestant 4 - Plein jeu 3 rangs - Trompette 8

Salicional 8 - Unda maris - Cor de nuit 8 - Flûte douce 4 - Nazard 2 2/3 - Tierce - Clarinette 8 - Soprano harmonique 4

Gambe 8 - Voix céleste - Flûte traversière 8 - Viole d'amour 4 - Flûte octaviante 4 - Basson 16 - Basson-Hautbois 8 - Octavin 2

Soubasse 16 - Flûte 16 - Basse ouverte 8 - Trombone 16

 

 

III/I, III/II, II/I, III/I 16 - tirasses I, II, III - anches P+I, II, III  - trémolo II, III

Cet orgue est d'un intérêt musical et instrumental certain. Il fait partie de l'histoire de la musique en Algérie. C'est un instrument de grande valeur. Il y a là un authentique monument historique. ( Extrait de la feuille d'information rédigée par le recteur et distribuée dans le hall d'accueil ) .

retour haut de page

 
Cliquez Cliquez